La vente mise en lumière.

« Le marketing sensoriel se définit comme l’ensemble des variables d’actions contrôlées par le producteur et/ou le distributeur pour créer autour du produit ou du service une atmosphère multisensorielle spécifique, soit à travers les caractéristiques du produit lui-même, soit à travers la communication en sa faveur, soit à travers l’environnement du produit au point de vente. »[1]

Une expérience bien réelle.
Dans le monde de la consommation rien n’est laissé au hasard !
Dans notre modernité où tout se numérise, les commerces doivent inciter le client à se déplacer, dans notre monde où nous pouvons tout faire d’un simple clic. Pour ce faire, les commerçants acceptent de vendre plus que des produits, ils vendent aussi une véritable expérience de consommation.

« Cette dimension du marketing utilise les sensations afin de provoquer chez le consommateur des réactions affectives, cognitives ou comportementales favorables à l’achat d’un produit ou d’un service. (…) La rationalité est donc laissée de côté pour faire place à la perception et à la subjectivité de l’être humain, donnant ainsi lieu à une expérience unique pour chaque individu. »[2]

Une expérience convaincante.

C’est en stimulant nos sens qu’ils souhaitent y parvenir (une chose que les géants du net quel qu’ils soient ne savent toujours pas faire.) Une expérience réussie peut déboucher sur une véritable adhésion, une fidélisation du consommateur vis-à-vis de l’enseigne, le poussant ainsi à revenir et délaisser sa tablette.

« Le rôle de l’éclairage d’une boutique est d’attirer l’attention et de mettre en valeur l’espace de vente et les produits. »[3]

Le béaba du Marketing sensoriel.
Cette campagne de séduction est ce qu’on appelle « Le marketing sensoriel ». C’est en manipulant nos sensibilités et émotions que les magasins espèrent orienter nos envies et, par la même occasion, nos achats. Dans la perception visuelle, les couleurs jouent pour beaucoup. Il faut dire que culturellement parlant la couleur est réputée pour créer une émotion. (Pensez à la symbolique des couleurs par exemple.)

« L’éclairage participe également à la mise en valeur de vos produits et peut augmenter jusqu’à 20 % les ventes. »[4]

Les couleurs du succès.
Qui dit couleurs dit aussi lumière ! Car la lumière est un véritable facteur à la perception et donc un enjeu à la consommation. Cette couleur captée par notre œil est provoquée par la luminosité. Une lumière agréable incitera le client potentiel à prolonger son expérience et à déambuler davantage à travers les rayons. Et une durée augmentée optimise les possibilités de conclure une vente.

Comme un poisson dans l’eau.
En parcourant l’entièreté de la surface, l’individu risque aussi de se créer de nouveaux besoins, de nouvelles envies…Ce qui justifie l’investissement en temps et en efforts dans la création d’une véritable ambiance invitante et chaleureuse. Celle-ci permettant d’hameçonner gentiment le client sensible à la lumière et à ses couleurs.

Une lumière avantageuse.
 L’éclairage est délicat car il peut être profitable à l’objet ou peut au contraire le dévaloriser.
Comme toutes choses, il est nécessaire de savoir doser ! Une surcharge de lumière pourrait « déguiser » l’objet et tromper le client sur sa couleur réelle, ce qui gâcherait toute l’expérience aussi bonne soit-elle !

« L’éclairage participe à l’attractivité de la vitrine. Rien n’est pire qu’un magasin qui semble clos. Le client étant par nature timide, il ne cherchera pas à entrer s’il ne perçoit aucun signe d’activité »[5]

La lumière a pignon sur rue.
La première impression est toujours très importante, voire cruciale pour la suite des évènements. Sachez que dans l’univers de la consommation, c’est la même histoire ! Il est nécessaire de ne pas sous-estimer l’impact d’une belle vitrine ! Une vitrine est pour l’enseigne un véritable outil de communication et sa plus belle carte de visite. C’est en parvenant à attirer le regard du passant qu’elle pourra le convaincre de franchir la porte et de poursuivre l’expérience sensorielle. En fait, c’est un peu l’élément déclencheur, c’est pourquoi elle mérite d’être choyée !

Une question de diagnostic.

Il faut savoir aussi que la lumière doit être en adéquation avec l’image que vous souhaitez vous donner mais aussi la gamme de produit que vous proposez. Vous comprendrez qu’une poissonnerie ne peut pas se contenter de reproduire bêtement le même éclairage que sa voisine la boulangerie.

« En fonction du produit, on choisira une certaine puissance et un angle d’éclairage qui permettra de concentrer la lumière sur l’article ou sur un rayon. »[6]

« Ambiancez » votre clientèle !
Le marketing sensoriel vous invite à prendre soin des sens de vos potentiels clients. Pensez à une musique agréable, une odeur enivrante… Soyez inspiré et inspirant et créez-vous une ambiance personnalisée qui marquera les esprits et les sensibilités.

 

[1]https://www.economie.gouv.qc.ca/fileadmin/contenu/publications/outils_aide/gestion_entreprise/DDE_sensoriel.pdf

[2]https://www.economie.gouv.qc.ca/fileadmin/contenu/publications/outils_aide/gestion_entreprise/DDE_sensoriel.pdf

[3] http://tedess.com/content/7-bien-eclairer-sa-boutique-c-est-mieux-vendre

[4] https://blog.mediapost.fr/2014/10/6-regles-dor-pour-une-vitrine-attrayante/

[5]  https://www.papcommerces.fr/fiches-pratiques/marketing/la-vitrine-un-vecteur-de-communication/a7947

[6] http://tedess.com/content/7-bien-eclairer-sa-boutique-c-est-mieux-vendre

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top
%d blogueurs aiment cette page :