Smart City : une ville intelligente qui respecte les biorythmes de tous

I l semblerait que le siècle tout juste écoulé ait choisi de mettre notre planète à rude épreuve. En 100 ans, nous avons plus que triplé le nombre d’habitants humains à sa surface.

Alors que nous étions 1,8 milliards en 1900, nous sommes passés à 2,54 milliards en 1950. Aujourd’hui, nous sommes 7,38 milliards et pensons atteindre les 9,8 milliards d’ici à 2050. Autant dire, que nous ne sommes pas au bout de ces phénomènes d’explosion démographique, de concentration de la population et d’urbanisation, si éprouvants pour notre planète. Dans le même temps, nombre d’autres espèces ont disparu ou sont en périls…

Nous devons trouver le moyen de cohabiter, au sein d’une ville intelligente, dans son plus grand respect. À mesure que notre nombre et nos activités se multiplient, l’équation d’un mode de vie équilibré et respectueux de tous se complexifie.


Comment s’assurer alors, que nous soyons dans une position de respect maximum et optimisé de notre hôte, la planète Terre ?

Smart City et respect des biorythmes

La Smart City est notre proposition de réponse

C’est une ville humaine dans laquelle le cerveau humain se met au service de l’épanouissement et du bon développement de toutes et de tous. Notre meilleur allié dans l’accomplissement de cet objectif serait la technologie.

Celle-ci nous permettrait d’optimiser nos forces dans la recherche d’un modèle de protection de l’environnement. La Smart City nous connecte, nous les individus. Mais elle nous met aussi en relation avec les autres invités, que sont les écosystèmes et biorythmes avoisinants.

Montréal, Smart City depuis 2014

Ces valeurs qui placent l’individu comme acteur citoyen dans le processus de développement d’une Smart City, Montréal les a bien saisies.
En 2014, dans l’optique de permettre un développement qualitatif des modes de vie, associé à une économie locale prospère, avec et pour ses citoyens, un Bureau de la Ville Intelligente et Numérique a été créé.

Pourtant, en misant sur l’innovation et les technologies de pointe, la ville a compris qu’elle devait également assurer le bon développement des rapports sociaux.

Comment ? En replaçant la nature et l’Homme au coeur de l’espace urbain, notamment avec le développement des célèbres ruelles vertes. Aujourd’hui, à Montréal, 42% des habitants pratiquent régulièrement l’agriculture. La ville assure ainsi une offre culturelle riche et variée.

La planète Terre nous accueille ; nous y sommes de passage… Une infime période de sa vie et pourtant, l’Homme est à l’origine de nombreux désastres dont nous sommes aujourd’hui conscients !

Il est grand temps d’utiliser notre intelligence pour réparer, reconstruire, recréer… Réinventer nos modes de vie, notre rapport aux autres : humains, animaux, végétaux. Nombreuses sont les initiatives, la Smart City en fait partie.

Nos développements ont été centrés sur les besoins humains, il est devenu nécessaire de respecter chaque écosystème. L’éclairage de nos espaces extérieurs nous a permis de développer nos activités, de nous assurer sécurité et confort, souvent au détriment de la faune et de la flore.

La Smart City invite éclairagistes et écologues à travailler ensemble

Éclairagistes et Écologues ont décidé d’unir leurs études et leurs connaissances pour un éclairage vertueux ; vertueux pas uniquement pour la gestion de l’énergie, il y a une réelle corrélation entre ces enjeux énergétiques et écologiques… Notre outil technologique doit pouvoir devenir une chance.

En choisissant la performance, nous adaptons le flux à l’environnement, la température de couleur au respect de la faune et la flore, la période et la durée d’éclairage à l’activité humaine…

Le solaire est une source d’énergie qu’il convient d’intégrer dans les projets d’éclairage ; l’avancée des technologies allient énergie verte, gestion et performance.

La technologie doit être au service du développement du vivre ensemble et de la démocratie. De plus en plus, des réseaux de communication entre voisins se mettent à l’oeuvre.

Grâce à des plateformes, on peut identifier le voisin qui sera en capacité de vous rendre services ; vous pouvez aussi, à ceux qui le souhaitent, offrir votre secours.
Des démarches à valoriser pour que la Smart City soit celle qui brise les barrières entre les individus, et facilite leur communication et leur rencontre.

Si les services que nous développons peuvent nous aider à sauver la vie sur la planète Terre, ils peuvent également constituer un risque que nous ne devons pas perdre de vue.

Ces innovations, plutôt que de nous émanciper et nous permettre de nous développer dans un meilleur cadre pourraient, au contraire, nous aliéner.

Nous ne devons pas oublier que chaque territoire possède ses individus, ses écosystèmes spécifiques et ses traits de caractère qu’il faut savoir conserver et valoriser. Ce rôle est celui des citoyens et non celui des ordinateurs !

La Smart City doit avant tout rester humaine, au sens philosophique du terme, et au service du bon développement de l’ensemble des être-vivants ; nos connaissances scientifiques ne cessent d’évoluer et nous démontrent que les intelligences, sensibilités, communautés, ne sont pas l’apanage des êtres humains…