Smart City ou territoire Smart : quand la ruralité aussi devient intelligente

Et si les campagnes aussi voulaient devenir intelligentes ? S’il apparaît que le cœur du défi de transition énergétique se tient dans les villes, l’intelligence en matière de développement territoriale peut aussi prendre en compte différentes dynamiques qui impliquent les plus petites communes.

Des thématiques de développement territoriale communes

D’ailleurs, en matière de développement du territoire, de nombreuses problématiques se posent aussi bien en ville qu’à la campagne. Les thématiques de l’intelligence des réseaux, de l’énergie, de la mobilité durable ou encore de la participation des citoyens rencontrent également un écho au niveau rural.

L’agriculture, un secteur clé de la transition énergétique

En outre, l’un des secteurs clés de la transition énergétique, qui est présenté comme le cœur de la Smart City, prend sa source dans le monde rural. L’agriculture représente ainsi 17 % des émissions de gaz à effet de serre. La nécessité de développer une agriculture plus durable implique donc de repenser dans son ensemble le système agricole, et pas seulement au niveau technologique.

Le « retour au local » prôné depuis quelques années nécessite de penser de façon intelligente la production, les réseaux et les points de distribution, ainsi que leur connexion aux villes. Ainsi, la politique agricole doit être envisagée sous un angle global, interconnectant villes et ruralité.

Les défis des campagnes

Si ces constats permettent de dire qu’il existe des prédispositions pour l’implantation de politiques Smart City au sein des campagnes, l’implémentation de celles-ci présentent de nombreux défis. Au premier rang desquels le manque de connectivité de nombreuses communes françaises.

Le manque de ressources est également un frein pour ces petites collectivités qui ne peuvent bénéficier de certaines politiques Smart City trop chères.

Enfin, des problèmes de ressources humaines se font ressentir, les villages ou les petites villes n’étant pas à même de « monter en compétence » sur ces thématiques comme le font aujourd’hui les grandes agglomérations.

Laissez un commentaire