Quels sont les grands enjeux de la Smart City, la ville de demain ?

La Smart City existe-t-elle vraiment ?

Depuis plusieurs années déjà, le terme « Smart City » est partout. Des conférences aux articles de revues spécialisées, les promesses liées à la gestion de l’urbain par des algorithmes sont nombreuses.

Afin d’analyser les grands enjeux entourant cette notion, il est cependant nécessaire de mieux la comprendre. Alors la Smart City est-elle une vaste opération marketing ou un véritable outil de développement territorial ?

La Smart City : qu’est-ce que c’est ?

smart city

Résumer la Smart City à une définition exhaustive est un exercice périlleux. Pour appréhender la notion de la façon la plus large possible, disons que la Smart City, ou ville intelligente en français, propose d’explorer le potentiel des nouvelles technologies de l’information et de la communication en matière de développement urbain.

Pour faire simple, il s’agit de se demander dans quelle mesure les nouvelles technologies peuvent apporter une solution aux problématiques urbaines actuelles : gestion de l’énergie, participation des citoyens, mobilité et transports, sécurité dans l’espace public…

Les villes du XXIème face à de nombreux défis

Si la plupart des entreprises spécialisées prétendront l’inverse, la Smart City n’est pas quelque chose de nouveau et de naturel. Au contraire, elle découle d’évolutions dans la gestion des villes, avec en particulier une montée en puissance des considérations environnementales, ayant notamment conduit au développement des concepts d’écologie urbaine puis de ville durable.

La Smart City est plutôt une actualisation technologique de ces deux courants. La Smart City permet de confronter les nouveaux outils de l’information et de la communication aux défis que doivent affronter les villes. En effet, les territoires urbains devraient accueillir durant ce siècle près de 7 milliards de personnes, et représentent à l’heure actuelle plus de 70 % des émissions de CO2 au niveau mondial.

Ainsi, la fabrique urbaine fait face aujourd’hui à de nombreux défis : gestion de l’eau, production et gestion durable des réseaux d’électricité, lutte contre la criminalité, agriculture urbaine, mobilités douces et décarbonées…

Les années 2000 : la Smart City ou la tentation du tout numérique

Cette ville intégrant le numérique pour régler ses principaux problèmes, ce sont des multinationales hi-tech qui l’ont théorisé. Le processus débute dans les années 2000, au moment où certaines grandes entreprises américaines (notamment Cisco) se voient confier une mission : améliorer, grâce aux algorithmes et aux données, la circulation dans plusieurs grandes villes américaines.

Cette étape marque la naissance de la Smart City, dont les champs d’application ne cesseront ensuite de s’étendre, allant aujourd’hui de la gestion de l’énergie dans les bâtiments aux plans de mobilité, en passant par l’installation de réseaux de surveillance à travers les villes. Le point d’orgue de cette ville technologique est atteint avec des projets tels que Songdo, Masdar ou Plan IT Valley, dans lesquelles toutes les dimensions de la ville sont gouvernées par les données (même si deux d’entre eux ne sont jamais sortis de terre).

Le « tout technologique » atteint-il ses limites ?

Quel est le véritable potentiel de la Smart City en matière de développement urbain ? Le discours enchanteur des tenants du « tout technologique » (promut par les grandes entreprises du numérique) se heurte à la diversité et à la complexité de la fabrique urbaine.

En effet, les projets développés par ces industriels aboutissent souvent à des villes totalement autonomes, dans lesquelles le citoyen dispose d’une marge de manœuvre réduite, et voit également ses faits et gestes soumis à la supervision d’une intelligence centrale. Un « tableau de bord » urbain dont l’un des objectifs inavoués est la récolte des données au service de stratégies marketing digitales.

La Smart City n’est-elle alors qu’un outil marketing destiné à vendre des solutions inadaptées aux réalités urbaines ? Peut-être pas seulement. Cette notion et les thématiques qui en découlent peuvent apporter des solutions au fonctionnement de l’urbain.

Cependant, il est nécessaire de s’éloigner des solutions génériques et des raisonnements globaux, afin de mieux saisir les spécificités locales qui font toute la particularité des villes. Pour cela, il est urgent et nécessaire de poser un cadre et de répondre à certaines grandes questions, vitales pour l’avenir des villes.

Quel rôle pour le citoyen dans la ville intelligente ?

L’une des interrogations centrales liées à la Smart City concerne la place du citoyen dans la ville. Depuis plusieurs décennies déjà, on constate une faible participation de celui-ci à la vie démocratique de la cité qu’il habite. Certains tenants de la Smart City ont fait de la thématique de la participation citoyenne une priorité. Les municipalités ont elles pris le sujet à bras le corps.

Cependant, si les technologies de l’information et de la communication permettent de développer de nouveaux outils favorisant la participation des citoyens, la mise en place de ces types d’initiatives n’est pas sans soulever certaines questions.

En particulier, il s’agit de questionner la pertinence de ces applications de relation citoyenne, les risques d’aggravation de la fracture numérique induits par ces systèmes, ainsi que la tension entre le Smart Citizen et le Smartphone ambulant.

Lire plus

Société écologique et Smart City sont-elles compatibles ?

S’il est sans doute possible d’optimiser les villes grâce à la technologie, la question de la compatibilité entre les applications de la Smart City actuelle et l’objectif écologique de tous les territoires, et pas seulement des villes, est posée. En effet, les nombreuses initiatives estampillées Smart City peuvent conduire à certaines dérives ou à des conséquences inconnues.

Tout d’abord, l’effet rebond propre aux nouvelles technologies est trop souvent ignoré ou minimisé.

En outre, la question de la multiplication des objets connectés, symbole de la société de consommation, doit également être posée.

Enfin, car l’invasion de la technologie dans l’espace urbain pose une dernière question : celle des métaux et de l’énergie nécessaires à la fabrication de ces objets.

Lire plus

Comment mieux éclairer nos villes ?

C’est une nouvelle fois un défi gigantesque pour les territoires qui sont de plus en plus éclairés sur la planète. Ainsi entre 2012 et 2016, la surface planétaire occupée par des installations lumineuses nocturnes a augmentée de 2,2%. Si dans le domaine de la réduction de la consommation énergétique de l’éclairage les progrès ont été importants, avec notamment l’arrivée de l’éclairage LED, il reste encore de nombreux défis à relever pour le secteur. Comment éclairer mieux tout en économisant ? C’est un véritable défi à relever pour les territoires de demain.

L’un des autres objectifs de l’éclairage urbain est de réussir le pari d’allier les nombreuses fonctionnalités de l’éclairage : sécuriser, mettre en valeur, respecter la biodiversité, améliorer le cadre de vie etc.

Alors, comment assembler toutes ces fonctions tout en atteignant l’objectif économique et écologique ?

Lire plus

Le mobilier urbain : entre véritable solution d’aménagement et piège de la futilité ?

Lorsque l’on aborde la thématique du mobilier urbain, plusieurs questions se posent, au premier rang desquelles on retrouve celle des usages. Cette interrogation centrale doit accompagner toute politique d’implantation de mobilier urbain sur un territoire donné. Et ce afin d’éviter la futilité, qui entraînerait une dépense supplémentaire, ainsi qu’une consommation énergétique nouvelle si ce mobilier est connecté. La question de la durabilité du mobilier urbain est donc également posée

Cependant, lorsque le mobilier urbain est connecté, et parfaitement adapté à une situation et à des usages, il peut se révéler un précieux allié dans l’aménagement du territoire ainsi que dans l’accès aux services pour les citoyens.

Enfin, la question des données échangées par les utilisateurs est à prendre en compte.

Lire plus

L’aménagement urbain, une fabrique urbaine locale

À travers les évolutions conduisant à l’avènement de la Smart City, la notion même d’aménagement du territoire évolue. Ainsi, nous sommes aujourd’hui plus proche des concepts de production urbaine et de fabrique du territoire. Ces concepts sont notamment la résultante d’une collaboration entre une multiplicité d’acteurs, aboutissant à une coproduction de l’espace urbain.

Dans ce domaine, il est de plus en plus admis que cette coproduction de l’espace est plus efficace lorsqu’elle fait appel à des acteurs locaux, qui connaissent les réalités, les caractéristiques et les potentialités des territoires. S’éloigner le plus possible des solutions génériques, faire confiance aux acteurs locaux sont deux des réalités futures d’une Smart City véritablement intelligente.

Lire plus

Le stationnement dans la Smart City : les dérives du tout technologique ?

Levier essentiel de l’aménagement des espaces urbains, le stationnement est également un élément fort de la Smart City. Les problématiques autour de cette manière d’organiser la ville sont de plus en plus nombreuses. Les choix des municipalités reflètent d’ailleurs des conceptions de l’aménagement urbain différentes : parkings relais VS parking privés en centre-ville notamment.

Le stationnement est également pris en tenaille entre plusieurs autres considérations majeures de la ville durable. Entre l’optimisation de l’espace public, la place toujours plus grande accordée à la logistique urbaine, ainsi que la nécessité de développer d’autres modes de mobilité que la voiture, rend la gestion du stationnement de plus en plus complexe.

Le stationnement se retrouve ainsi pris dans des logiques plus globales, et une politique de stationnement réussie ne va pas toujours de soi. Pour autant, si la tentation de recourir au tout technologique est grande, elle peut constituer une dérive.

Lire plus

L’innovation est-elle forcément synonyme de progrès ?

Si le lien entre innovation et technologie est indéniable, qu’en est-il du lien entre innovation et progrès ? Il peut être intéressant de se poser la question dans la Smart City, dans la mesure où la technologie est dans le discours médiatique la solution à de nombreux problèmes urbains.

Pourtant, si certaines avancées sont nécessairement indispensables pour atteindre les objectifs de ville durable et de neutralité carbone (comme les réseaux intelligents ou les énergies renouvelables), l’innovation dans la ville intelligente reste cantonnée à une définition très technologique.

En témoigne les nombreux clusters et hub de l’innovation, ainsi que la philosophie start up qui ne prend presque pas en compte une dimension essentielle à la ville de demain : l’innovation sociale, qui est une condition essentielle du progrès dans nos villes.

Lire plus

Comment mieux se déplacer sur le territoire de demain ?

On touche là l’un des points centraux de la Smart City. La mobilité est aujourd’hui l’une des dimensions phares de la ville intelligente. Cela s’explique par un constat simple : les villes sont de plus en plus polluées par les déplacements.

Voitures, camions, motos, scooters : des centaines de millions de véhicules se succèdent chaque jour sur les périphériques des villes, formant des embouteillages monstres qui sont les principaux foyers des pollutions au CO2 dans l’espace urbain.

De nombreuses réflexions voient ainsi le jour, accordant notamment une place de plus en plus importante aux mobilités douces. La ville durable implique nécessairement une mobilité plus durable. Dans ce domaine, Candeliance vous accompagne grâce à ses partenaires fabricants qui participent pleinement à ces évolutions.

Lire plus

Smart City ou territoire Smart : quand la ruralité aussi devient intelligente

Les problématiques inhérentes à la Smart City touchent-elles uniquement les territoires urbains ? Si le combat contre la pollution mondiale va surtout se dérouler dans les villes, qui concentrent les trois quarts des émissions de CO2 au niveau mondial, la ruralité est également concernée par ces mêmes problématiques.

En outre, l’un des enjeux cruciaux de la transition énergétique (qui est l’un des moteurs de la Smart City) est bien l’agriculture, secteur qui est fortement relié à la ruralité. Les sujets liés au développement et à l’aménagement de l’échelon régional sont à aborder à travers une réflexion globale impliquant une interconnexion entre territoires urbains et ruraux. Pourtant, en matière de développement territorial intelligent, les petites communes font face à de nombreux défis.

Lire plus

Laissez un commentaire