Quel rôle pour le mobilier urbain dans la ville intelligente, aka la Smart City ?

Je ne sais pas pour vous, mais la première fois que j’ai entendu le terme de « Smart City », j’ai tout de suite imaginé une ville futuriste, presque robotisée sans la notion humaine. Une image froide, pourtant loin de la réalité. La Smart City consiste en effet à améliorer la qualité de vie des citadins à l’aide des nouvelles technologies, au travers de solutions et services. La ville intelligente est donc au service des administrés.

Un mobilier urbain qui aurait des fonctionnalités technologiques permettant de faciliter la vie des usagers a donc toute sa légitimité dans ce concept.

Nous vous expliquons, ci-dessous, à travers des exemples, quel peut-être  le rôle du mobilier urbain dans la Smart City.

mobilier urbain ville intelligente

Le mobilier urbain, un allié de taille pour la Smart City

C’est en grande partie à travers le mobilier urbain que la Smart City va offrir son potentiel. Il n’est plus rare de rencontrer en ville des panneaux de signalétiques interactifs et connectés, mais encore, des vélos ou bancs permettant de recharger son smartphone. De nouveaux services font également leur apparition, comme la possibilité de se connecter au WIFI dans la plupart des grandes villes.

Par exemple, la ville de Cannes a récemment installé 5 bancs connectés en accès libres ayant pour principales fonctionnalités l’accès au wifi, des ports de chargement pour smartphone ou autre, une lumière ambiante, un service de refroidissement etc. Pour limiter leur impact écologique, ces bancs fonctionnent à l’énergie solaire. Ce nouveau mobilier a reçu un franc succès, ce qui pourrait encourager d’autres villes à prendre la même direction, et les fabricants à redoubler d’ingéniosité.

Les données : point sensible de la Smart City

Optimiser la gestion des villes et améliorer la qualité de vie des habitants grâce aux nouvelles technologies nécessite également de récolter des données. C’est un point qui soulève de nombreuses questions et qui est sujet aux débats.

Bien entendu, un banc ou vélo vous permettant de recharger votre smartphone ne nécessitera pas vos données. Cependant, à une plus grande échelle, la gestion intelligente de l’eau, ou encore, des déchets, qui passe par des applications citoyennes de signalement, nécessite la collecte des données.

Prenons l’exemple dû à l’initiative de Google, qui  propose de convertir la totalité du parc de cabines téléphoniques de New-York, en bornes WIFI. Pour la municipalité, il s’agit de palier à son manque de hotspots installés sur le territoire, en utilisant l’infrastructure déjà existante. Une idée ingénieuse, pourrait-on dire.

Cependant, le partenaire de cet aménagement se nomme Alphabet, filiale de Google. Et pour la firme californienne, proposer un service gratuit de connexion internet sans contrepartie ne se conçoit pas. Ainsi, les données de connexion des utilisateurs des bornes sont récupérées par Google, et utilisées à des fins commerciales.

La question de l’utilisation des données, et de leur protection est donc cruciale dans la Smart City.

Comment la Smart City améliore la sécurité en ville ?

De nombreuses innovations voient le jour pour les villes, afin de leur permettre de résoudre leurs problématiques et d’améliorer le bien-être des usagers, à l’aide des nouvelles technologies.

Parlons par exemple de l’amélioration de la sécurité en ville, et notamment des passages piétons. En 2017, 138 personnes ont perdu la vie sur un passage piéton en France. Aujourd’hui, grâce à de nouvelles innovations, la sécurité aux abords des passages piétons peut être assurée. Ainsi, il existe un passage pour piétons lumineux, qui détecte la présence des personnes souhaitant traverser la voirie, et qui alerte les véhicules à l’aide de signaux. Cette solution est également capable d’analyser et d’adapter son temps de traversée au type d’usager ; le Smart est un partenaire incontournable pour rendre la ville inclusive.

Comment la Smart City peut-elle contribuer à faire des économies ?

Les innovations viennent également en aide aux municipalités en leur permettant de faire des économies d’énergies et financières.

L’éclairage public concernerait environ 2/5 de la facture d’électricité des communes. Un poste qui peut être optimisé grâce à des solutions innovantes, permettant de gérer l’éclairage public à distance, ou de s’adapter au trafic.

Tout d’abord, optimiser la durée de vos éclairages en tenant compte des heures de lever et de coucher du soleil en fonction des saisons, permet de faire des économies d’énergies, et de plus, de respecter l’environnement et sa biodiversité.

Se pose aussi la question de l’intensité lumineuse. Celle-ci dépend de nombreux facteurs : heures, fréquentation des espaces publics etc. Tenir compte de l’activité des sites en fonction des horaires afin de varier les flux est aujourd’hui chose facile. Gérer et réduire votre intensité lumineuse permettrait de réduire votre consommation annuelle d’au minimum 35% !

Ces sujets sont actuellement très sensibles et les citadins ne manquent pas de s’offusquer, voir de communiquer leur insatisfaction, face à tout type de « gaspillage » énergétique, tout en étant exigeant sur le sentiment de sécurité induit par l’éclairage… une équation qui peut s’avérer complexe à résoudre.

Le mobilier urbain et les innovations offertes par les nouvelles technologies tiennent un rôle important dans la construction de la ville intelligente, en offrant moultes solutions aux municipalités pour gérer leur commune, mais aussi aux usagers, en améliorant leur qualité de vie au sein des espaces publics. Il convient néanmoins  de rester vigilant pour un développement cohérent et pérenne.

Laissez un commentaire