Mieux éclairer la nuit pour mieux préserver l’environnement

Nous en sommes conscients aujourd’hui, la présence de lumière artificielle menace grandement la qualité de l’environnement et de la biodiversité située à proximité : il s’agit de la pollution lumineuse. Afin de mesurer cela, l’Association nationale pour la protection du ciel et de l’environnement nocturne (ANPCEN) a réalisé sur l’île de Porquerolles, dans le Var, une étude pendant 6 mois visant à déterminer la « qualité de la nuit » en période creuse comme en période estivale. L’objectif était également de mieux comprendre de quelles manières la luminosité nocturne de l’île pouvait affecter le bon développement de la biodiversité.

Mieux éclairer la nuit pour mieux préserver l’environnement

Parce-que si la population de l’île est de 300 âmes en temps normal, plus d’un million de personnes sont accueillies lors des grandes affluences de l’été ! Même si les points lumineux de Porquerolles sont principalement implantés dans le village ou au niveau du port, ce qui représente seulement 3% de l’île, la qualité de la nuit peut rapidement être dégradée en période creuse ou en période pleine.

Globalement, l’association a remarqué que c’est en milieu de nuit par temps dégagé que la qualité nocturne était la meilleure. En basse saison, le début de soirée ou la présence de couverture nuageuse accentue la présence de pollution lumineuse. D’après les mesures, la lumière en provenance du continent peut elle aussi être responsable de cette dégradation de qualité nocturne.

Afin de limiter cette nuisance lumineuse durant la nuit, l’ANPCEN incite les pouvoirs publics de l’île à repenser leur manière d’éclairer. Si l’association propose de tester une extinction nocturne des luminaires, elle incite surtout à réfléchir à d’autres solutions pour pouvoir conserver le service à l’usager. L’idée est donc de trouver une intensité d’éclairage plus équilibrée et une orientation des rayons lumineux plus adaptée afin de satisfaire les besoins humains tout en respectant ceux de la nature.

Cette réflexion a donc été menée sur l’île de Porquerolles, mais ce constat ainsi que ces préconisations sont applicables à tous les territoires : un éclairage nocturne plus adapté permettra de toute évidence de mieux préserver l’environnement, quel que soit le lieu !