La lumière, une alliée du développement durable.

Les organisation non gouvernementales( ONG)[1] Barefoot et WWF se sont lancées le défi d’illuminer les pays en voie de développement. Pour y arriver, elles formeront les femmes à la technologie solaire. Un investissement amplement optimisé car il profitera ensuite à tout un village. Des endroits souvent reculés où les nouvelles technologies peinent à arriver et s’installer, handicapant leur population.

Les candidates sélectionnées sont des femmes d’origine modestes et souvent analphabètes. A leur retour chez elle, après six mois de formation pratique, elles peuvent illuminer leur village et le quotidien de leurs concitoyens. Rappelons seulement que ces parties du monde sont durement touchées par l’analphabétisme et où la discrimination sexuelle reste tenace : l’éducation restant souvent un privilège réservé aux garçons.

« Selon l’Unesco, les deux tiers des adultes analphabètes dans le monde sont des femmes. Leur alphabétisation aurait de nombreuses conséquences positives sur le taux de pauvreté, la santé, la mortalité infantile ou encore le nombre de mariages précoces. »[2]

Prenons l’exemple de Yollande, une Malgache de 53 ans qui pensait avant sa formation « Que seuls les hommes étaient destinés à avoir du travail et du talent, mais pendant la formation, elle a réalisé que les femmes sont très capables”[3]. Ce programme est littéralement porteur d’avenir en n’éclairant pas que le quotidien de ces milliers de gens, il est un véritable levier à l’égalité des chances et impactent positivement les femmes qui en ressortent valorisées par un sentiment d’utilité nouveau.

« L’approche « Femme Ingénieur Solaire » [qui] a permis l’accès à la lumière moderne et à l’électricité à plus de 550 000 ménages dans plus de 1300 villages dans le monde, et grâce à plus de 750 femmes ingénieurs solaires. »[4]

Un projet inspirant est celui d’Evariste Akoumian. Celui-ci fit le constat suivant : la jeunesse africaine ne jouissait globalement pas de conditions optimales pour mener à bien leurs devoirs, une fois la nuit tombée. Il profita simplement de l’avantage qu’offre la luminosité enviable du continent et créa le « SOLARPAK ». C’est-à-dire un cartable fonctionnant à l’énergie solaire. L’écolier propriétaire de ce cartable innovant doit alors gérer son temps judicieusement,  n’ayant que quelques heures d’autonomie pour travailler.

« En parcourant un village la nuit tombée, j’ai réalisé que les enfants avaient du mal à étudier. Souvent, ce sont les parents qui monopolisent l’unique source de lumière dans le foyer. J’ai commencé à réfléchir à la façon de pouvoir les aider, d’où l’idée de la lampe fixée au sac à dos. »[5]

Une invention déjà brevetée dans plus de 15O pays et qui a un brillant avenir devant elle. Sachant que sur le continent africain, il y a toujours près de 700 millions de personnes qui ne profitent pas d’un éclairage décent.[6] Monsieur Akoumian, en plus d’encourager l’apprentissage de millions d’enfants, souhaite faire de sa merveilleuse création un levier à l’emploi local. C’est en bâtissant sa propre usine d’assemblage qu’il compte y parvenir.

Les impacts de l’avènement de l’électricité dans les pays en voie de développement sont considérables. Par la lumière, ce sont des millions de personnes qui pourront vaquer à leurs occupations, même de nuit ! Leur santé se verra aussi bonifiée, car ils délaisseront de plus en plus leur bonne vieille lampe à pétrole, au profit de ces nouvelles technologies prometteuses et bienveillantes. Par de telles initiatives, les villageois bénéficieront un peu plus des mêmes conditions de vie et des mêmes chances que leurs concitoyens des grandes villes.

 

[1] Organisme financé essentiellement par des dons privés et qui se voue à l’aide humanitaire sous une ou plusieurs de ses différentes formes (assistance médicale ou technique dans les pays non-industrialisés, aide aux plus démunis dans les pays développés, secours en cas de catastrophe ou de guerre, etc.).( http://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/organisation_non_gouvernementale_ONG/75270)

[2] https://www.la-croix.com/Actualite/Monde/L-alphabetisation-des-femmes-un-facteur-de-developpement-2014-09-08-1202867

[3] https://www.rtl.fr/actu/international/madagascar-une-grand-mere-pecheuse-de-crevettes-devient-ingenieure-solaire-7793679813

[4] http://d2ouvy59p0dg6k.cloudfront.net/downloads/a4_doc_capitalisation_barefoot_6_partage_mail.pdf

[5] http://www.lepoint.fr/high-tech-internet/futurapolis-solarpak-la-revolution-du-cartable-solaire-24-11-2017-2174829_47.php

[6] http://www.lefigaro.fr/societes/2017/06/23/20005-20170623ARTFIG00264-un-cartable-solaire-pour-eclairer-les-ecoliers-ivoiriens.php

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top
%d blogueurs aiment cette page :