Les 4 étapes clés d'un projet d'aménagement d'équipements sportifs

1. La concertation

La participation citoyenne est un incontournable et il semble improbable aujourd’hui qu’une opération de création d’un aménagement sportif ne soit pas le résultat d’un échange entre une collectivité et ses administrés.

Cet échange peut avoir lieu sous forme de consultation avec enquête auprès de la population ou à l’inverse, un processus bottom-up lorsque ce sont des citoyens qui sont à l’origine du projet. Auquel cas, le projet a plus de légitimité s’il est porté par une association d’acteurs du sport en ville.

Dans tous les cas, il est important que la commune puisse se situer à un niveau d’échelle supérieure (EPCI, Département, Région) pour bien étudier la cohérence stratégique du projet d’une part. Et d’autre part, pour appréhender les différents types de subventions qui existent.

2. Le financement

Les collectivités territoriales

Chaque commune, département ou région peut participer au développement ou la création d’équipements sportifs. En fonction de la politique en vigueur, des aides régionales ou départementales peuvent être obtenues sous formes de subventions.

Un aménagement de sports urbains est un investissement, et celui-ci a un coût impactant le budget communal. Cela ne doit pas être un frein à la qualité de l’équipement. Au contraire, nous pensons, chez Candéliance, que c’est un élément déterminant mais pas restrictif. Nos partenaires vous proposeront des solutions adaptées au budget et aux besoins de chaque projet. Par ailleurs il existe d’autres possibilité de financement.

Les fonds d’aide aux territoires

Ce sont des dispositifs d’aides aux projets territoriaux, qui peuvent être attribuées en fonction de la pertinence et de la cohérence du projet, parmi lesquels on trouve :

– la Dotation d’Equipement des Territoires Ruraux (DETR)

– le Fonds de Soutien à l’Investissement Local (FSIL)

– le Fonds National d’Aménagement et de Développement du Territoire (FNADT)

Le crowdfunding

Le financement participatif est accessible à tous : collectivité, association, particulier ou une entreprise. Pour un projet d’infrastructure sportive, ce financement est particulièrement pertinent et a déjà permis l’émergence d’aménagements sportifs urbains type skatepark.

3. Le choix du fournisseur

Les sociétés de prestation en aménagements sportifs extérieurs fourmillent sur internet et il est facile de se perdre parmi toutes ces offres.

Voici donc quelques points à prendre en compte :

  • équipement modulable ou « en dur » : on trouvera des pour et des contres à chaque type de structure. Néanmoins, les équipements sportifs modulables permettent une grande souplesse de conception, une meilleure adaptation au terrain et au règlement (PLU), et un investissement moindre
  • respect des normes : tous les équipement proposés par nos fournisseurs et partenaires respectent les normes françaises en matière de sécurité
  • fabrications française : le made in France a encore du sens !

4. La participation tout au long du processus

La conception de l’aménagement sportif est pensée par le maître d’œuvre, en concertation avec la maîtrise d’ouvrage et les futurs usagers.  C’est un processus itératif entre les associations, les représentant de la commune, les intervenants (architectes, paysagistes, urbanistes) et les entreprises.

Phase cruciale du projet, c’est la conception qui déterminera la pertinence et la pérennité de l’équipement. En choisissant une entreprise dont les créateurs sont issus de la pratique des sports urbains, et qui aura en conséquence une légitimité auprès des usagers, le maître d’ouvrage pourra éviter certains désagréments, négociations et tensions avec les autres acteurs et parties.