Grande-Synthe, en HAUTS DE FRANCE, ville de verdure et d’acier.

Dunkerque est réputée pour son littoral, ses usines et son carnaval. Ce pays d’eau, d’acier et de harengs trouve pourtant à ses portes l’une des villes les plus vertes de France, Grande-Synthe (59760). Le poumon vert du Dunkerquois est aussi une terre d’innovations citoyennes. En 2010, elle fut sacrée et, ce fut la première à l’être, « Ville française de la biodiversité ». Il faut savoir qu’elle a adopté la couleur verte, depuis plus de 40 ans ! C’est-à-dire bien avant que cela ne soit une thématique tendance et d’actualité ou que les consciences s’éveillent. Cette digne volonté, devenue un véritable leitmotiv, était pour elle une réponse à son industrialisation.

Toutes ces initiatives vertes ne veulent pas marteler l’économie, au contraire, elles veulent la stimuler. En fait, elles créent des emplois locaux. Il est question de re-territorialiser l’économie, une économie qui est très touchée par le chômage. Cette ville proactive est déjà bien engagée dans l’écologie. Elle peut dialoguer avec aisance sur les trames vertes, les bleues, les parkings verts, les toitures végétales, les énergies photovoltaïques, etc. Toutes ces innovations qui viennent créer du social et qui améliorent le bien-être collectif. Chez eux, le vivre ensemble, en harmonie avec la nature, est presque inné et très recherché.

La ville va même au-delà des prescriptions européennes en matière de qualité de l’air. Elle préfère suivre celles de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) plus exigeantes : Grande-Synthe est bonne joueuse et aime les défis santé. Une ville qui ne manque pas d’air et qui respire à plein poumons, un air qui est fréquemment contrôlé. Elle a même dépassé ses promesses de réduction de CO² et de transition aux énergies renouvelables. Il faut dire, qu’en 2013, elle fut la première commune de France à carburer au biogaz.

Grande-Synthe, en HAUTS DE FRANCE, ville de verdure et d’acier

Grande-Synthe et son « savoir-vert »

Elle échelonne, quartier par quartier, le remplacement total de ses lampadaires vétustes, par des LEDs plus économiques. En parlant d’économie, le Dunkerquois offre à ses usagers la gratuité des transports, une grande première en France. Ce grand remplacement de la voiture, par des innovations respectueuses de l’environnement, Grande-Synthe l’encourage vivement. Elle tente de rendre le vélo plus démocratique et tendance. Cohérente dans cette démarche, la cité offre même une aide financière à l’achat d’un deux roues. Pour montrer l’exemple, les véhicules des agents de la ville sont de plus en plus certifiés verts. Elle va même jusqu’à recruter des chevaux, qui servent, tantôt de transports, tantôt d’employés pour l’entretien de la voirie.

Grande-synthe est tournée vers l’avenir, elle initie et crée des automatismes en accord avec la biodiversité et l’environnement. Elle soutient le « Do it yourself » (le faire soi-même), vers une autonomie complète : du jardinage à la création maison de ses produits d’entretien. Une de ses belles initiatives fut la création de son propre « Abécédaire de la biodiversité ». Pour ce faire, la ville invitait tous et chacun à répertorier les éléments de la nature. Les enfants, de nature curieuse et volontaire, étaient, par la même occasion, initiés au respect de la Biodiversité. Par cette fidélisation précoce, l’omniprésence de tous les tons de verts, si chers à la ville, se voulait être assurée.

Grande-Synthe, le rempart vert…

Même, cernée par près de 15 sites SEVESO (sites abritant des substances dangereuses), elle offre à la région, les Dunkerquois en première ligne, sa plus grande réserve naturelle. Et que dire de son jardin public ? Le premier espace exempt de pesticides et de tout traitements nocifs. Bref, être Grand-Synthois.e, c’est vivre à moins de 300m d’un espace vert et avoir 127m² de carré de verdure par citadin.[1] Alors qui dit mieux ?

[1] http://www.ville-grande-synthe.fr/ville-durable/premiere-capitale-biodiversite/espaces-verts/

Laissez un commentaire