Des espaces verts pour une meilleure qualité de vie collective.

Comme nous avons déjà pu le mettre en avant dans un précédent article, la manière dont les espaces publics sont aménagés détermine les fonctions et les usages qui y seront mis en avant. De la même manière, un environnement urbain sain favorise la bonne tenue de l’hygiène de vie des citadins. C’est dans cette optique d’assainissement du milieu urbain que la présence des espaces verts en ville doit largement être revalorisée afin de garantir une qualité de vie agréable pour tous.

Bien sûr, la présence de verdure offre aux utilisateurs de la ville un cadre qui contribue largement à l’amélioration de leur qualité de vie et de l’image qu’ils ont du quartier. Mais il est important de prendre conscience que la simple existence d’arbres disséminés aléatoirement sur les trottoirs ne suffira pas à offrir un cadre urbain idéal. Pour que la présence d’une nature urbaine soit bénéfique, il est en effet indispensable qu’elle soit aménagée de manière pertinente et adaptée aux besoins de tous.

Du simple pot de fleurs au grand parc urbain

Et il n’y a pas besoin de grands aménagements pour apporter un peu de nature en ville ! Elle peut en effet s’y inviter ponctuellement, par l’installation d’éléments de nature qui contrastent avec l’aspect minéral souvent reproché au monde urbain. Ces petites retouches de verdure sur les trottoirs de la ville contribuent à petite échelle à améliorer la qualité d’usage des utilisateurs de la ville.

Ces aménagements de petite taille peuvent par exemple prendre la forme de simples potelets pour accueillir des plantes à leur sommet, ou bien de structures végétalisées plus importantes contre les façades des bâtiments. Des installations permettant de jardiner ou de cultiver des légumes peuvent tout aussi bien voir le jour dans les espaces publics, ainsi que des affichages pédagogiques à destination du grand public concernant les vertus des plantes présentes en ville. À Vannes, un circuit touristique a été développé et un système de flèches au sol traverse le secteur sauvegardé de la ville et les jardins éphémères qui y sont situés. Utiles et agréables, ces petites urbanités vertes garantissent à leur manière un certain bien-vivre à leur échelle, pour le bien commun des citadins.

Les parcs et les jardins publics nécessitent quant à eux une surface plus importante que les précédents aménagements, mais permettent de proposer aux citadins de vraies pauses à l’abri de l’agitation ambiante de la ville. Ces larges espaces végétaux sont en effet l’occasion de profiter sereinement du calme qu’ils proposent, à condition que leur conception soit adaptée à un véritable confort pour leurs utilisateurs. S’asseoir sur un banc aux dimensions adaptées à tous, se promener, flâner sur des cheminements facilement praticables et agréablement balisés, pratiquer du sport sans crainte dans un cadre sain et stimulant… tout cela est possible lorsque la conception de ces morceaux de ville le permettent !

Des aménagements réfléchis pour des bienfaits sanitaires et sociaux

En plus de favoriser des activités ressourçantes, les parcs et espaces verts urbains peuvent également être le support de liens sociaux et intergénérationnels forts. Ces grands espaces de détente sont par exemple propices au développement d’aires de jeux pour les enfants, alors libres d’exprimer leurs talents de cascadeurs en toute sécurité. Cette alternative est d’ailleurs particulièrement bien accueillie par les familles ne bénéficiant pas des atouts d’un jardin personnel. Les potagers, les jardinières dont nous avons déjà évoqué les bénéfices, sont garants également de nombreuses vertus pédagogiques et thérapeutiques pour l’ensemble de la population. L’hôpital de la Pitié-Salpêtrière a d’ailleurs bien compris les bénéfices du jardinage puisqu’il a mis en place un jardin spécifiquement à destination des enfants atteints d’autisme.

Si les aménagements végétalisés en milieu urbain semblent donc être largement vecteurs de bienfaits environnementaux, sociaux et sanitaires, tous les bénéfices peuvent être perdus si l’entretien de ces espaces n’est pas assuré régulièrement. Les aménagements doivent donc être de qualité, mais doivent également être soignés pour continuer à stimuler l’attractivité et le développement des activités collectives qu’ils accueillent. La participation des individus à la vitalité des aménagements végétalisés pourra ainsi leur permettre l’appropriation de leurs espaces verts favoris.

Le développement de la nature en ville favorise donc le retour à une vie collective active dans un cadre sain. Mais afin de garantir ce dynamisme urbain, l’aménagement des espaces de végétalisation depuis le simple potelet à la conception d’un parc urbain doit être adapté aux besoins de la population et lui permettre de bien-vivre collectivement. C’est de cette manière que chacun pourra durablement s’approprier les espaces urbains végétalisés, entre les bancs confortables et les cheminements harmonieux, au cœur d’une ville verte et apaisée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top
%d blogueurs aiment cette page :