La culture éclaire l’esprit et l’éclairage son lieu d’exposition.

« L’éclairage joue un rôle essentiel pour guider les visiteurs d’un musée ou d’une galerie (…) il peut servir à modifier l’ambiance du lieu, il peut être utilisé pour attirer le regard sur des œuvres ou des sculptures particulières, un subtil jeu d’ombre et de lumière peut guider le visiteur dans son parcours, de l’entrée jusqu’à la sortie. »[1]

Quand nous pensons à l’éclairage d’un lieu culturel, la première image qui nous vient à l’esprit est celle d’une salle de spectacle. En fait, nous en oublions les autres espaces culturels, tels que les musées ou les galeries d’art… Des endroits qui nécessitent aussi une mise en lumière qualitative et professionnelle. Car oui, nous ne pouvons improviser l’éclairage d’un lieu où les objets sont réputés fragiles et d’une valeur patrimoniale incommensurable.

« L’éclairage des galeries, musées et autres sites d’exposition d’œuvres d’art exige une attention particulière tant au niveau du type d’éclairage utilisé qu’en termes de disposition. Il pourra s’agir de donner simplement accès aux œuvres, ou de les mettre en valeur. »[2]

La LED respectueuse de l’art.

Pour ce faire, l’usage des lampes dites « traditionnelles»[3], c’est-à-dire toutes celles dégageant beaucoup de chaleur, sont à proscrire (même si nous pouvons y ajouter des filtres de protection). Cependant nous vous préconisons particulièrement la technologie LED[4]. Ces sources illumineront l’objet sans l’affecter, car elles ne produisent pas d’infrarouge ni d’UV[5]. C’est le cas de le dire, la LED est « Suffisamment mature pour entrer dans les musées et les galeries. »[6]

« Les ampoules LED, maintenant bien connues sur le marché, sont probablement la solution la plus efficace pour mettre les œuvres en lumière sans les faire pâlir. (…) L’œuvre est très bien mise en valeur, le rendu des couleurs et des reliefs est très fidèle et les risques de détérioration baissent considérablement. »[7]

Une « check-list » d’expert.

Une fois la source choisie, il sera temps de réfléchir à la solution la plus adaptée à votre projet. Dans votre « check-list »[8], n’oubliez pas d’y inclure ces éléments : la configuration de la pièce, le nombre et la taille des œuvres qui y seront exposées… Alors, opterez-vous pour un éclairage général[9] ou un éclairage individuel ? La différence, vous le conviendrez, ne sera pas anodine !

À 30 degré de la perfection.

Au sujet de l’éclairage individuel, il est naturel de s’assurer que le faisceau ne se réfléchisse pas sur l’objet de convoitise. Selon sa verticalité, la lampe devra : « Avoir un angle de 30° par rapport au tableau ou la sculpture[10], en tenant compte de sa largeur. »[11] Vous pouvez installer un éclairage au-dessus de l’œuvre ; en couvant l’œuvre de lumière, cette installation lui donnera une véritable plus-value !  Si vous choisissez les spots cadreurs, assurez-vous qu’ils soient en adéquation avec les particularités de votre objet.

« Grâce à la variété d’angles de faisceau disponibles, les concepteurs et les conservateurs peuvent créer l’effet désiré, qu’il s’agisse de mettre l’accent sur un petit objet posé sur un socle ou d’illuminer une sculpture ou une installation de grandes dimensions. »[12]

À chacun son style !

Sachez que les œuvres sont capricieuses et qu’elles nécessitent un traitement sur-mesure, citons en exemple la température de couleur de leur lumière qui devra être personnalisée. Les plus classiques d’entre elles préfèreront une mise en lumière feutrée flirtant presque avec le jaune. Tandis que les œuvres contemporaines priseront les couleurs ayant un bon IRC (Indice de rendu des couleurs.)

Quoi qu’il en soit les couleurs trop froides[13] risqueraient de porter préjudices aux teintes de l’objet exposé. C’est pour cette raison que nous vous conseillons de privilégier un IRC se situant entre  80 et 100, en d’autres mots un IRC offrant un éclairage presque « naturel » et respectant les couleurs d’origine.[14]

L’œil de l’expert.

Vous ne trouvez toujours pas votre bonheur ? Pas de panique ! Vous avez toujours « l’œil de Wendel »[15] qui saura, à n’en pas douter, vous combler de lumière !  C’est en fait un choix prisé par les professionnels (et par les œuvres inestimables), car : « La lumière semble émaner de l’œuvre elle-même. »[16] Quoi qu’il en soit, rappelez-vous que : « Le meilleur éclairage est celui qui prend en compte vos œuvres d’art, leur style, leur calepinage (type d’accrochage), mais aussi les installations possibles. »[17] et qui sait se faire discret…

Pour de plus amples informations, fiez-vous à l’œil de l’expert et contactez Yannick Ternynck au 06 14 61 53 32.

[1] http://www.sylvania-lighting.com/documents/documents/feilo%20sylvania%20-%20mus%C3%A9es%20et%20galeries%20-%20brochure%20-%20france.pdf

[2] http://www.reggiani.net/fr/cont/eclairage-des-expositions-dart/

[3] Nous parlons ici des ampoules halogènes ou incandescentes.

[4] « Une LED (en français : DEL : diode électroluminescente) est un composant électronique et optique, qui en étant traversé par du courant électrique, émet une lumière d’une intensité diffuse. Les LED consomment peu d’électricité. » (Source Linternaute)

[5] Signifiant « Ultraviolet »(Source Linternaute)

[6] http://www.sylvania-lighting.com/documents/documents/feilo%20sylvania%20-%20mus%C3%A9es%20et%20galeries%20-%20brochure%20-%20france.pdf

[7] https://www.kazoart.com/blog/eclairer-une-oeuvre-dart/

[8] « Liste des manœuvres que doit successivement effectuer l’équipage d’un avion lors du décollage ou de l’atterrissage. »(Source Larousse)

[9] Il est question de rails de spots et de spots encastrés dans le plafond.

[10] « Cela permet d’éviter que l’observateur ne projette des ombres sur l’objet. »( http://www.sylvania-lighting.com/documents/documents/feilo%20sylvania%20-%20mus%C3%A9es%20et%20galeries%20-%20brochure%20-%20france.pdf)

[11] https://www.kazoart.com/blog/eclairer-une-oeuvre-dart/

[12] http://www.sylvania-lighting.com/documents/documents/feilo%20sylvania%20-%20mus%C3%A9es%20et%20galeries%20-%20brochure%20-%20france.pdf

[13] C’est-à-dire aller au-delà de 6500 kelvins (https://www.keria.com/guides/comment-eclairer-un-tableau-dans-les-regles-de-lart)

[14] http://www.sylvania-lighting.com/documents/documents/feilo%20sylvania%20-%20mus%C3%A9es%20et%20galeries%20-%20brochure%20-%20france.pdf

[15] « Il s’agit d’un dispositif assez complexe à base de lentille, de miroirs et de condenseur et qui demande d’être installé par des professionnels. Pour réduire l’espace occupé, il peut être dissimulé dans un faux plafond ou un élément du mobilier de la pièce.» (https://www.kazoart.com/blog/eclairer-une-oeuvre-dart/)

[16] https://www.kazoart.com/blog/eclairer-une-oeuvre-dart/

[17] https://www.keria.com/guides/comment-eclairer-un-tableau-dans-les-regles-de-lart

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top
%d blogueurs aiment cette page :