Comment mieux choisir son éclairage LED pour sauver la planète ?

N otre défi pour demain consiste en l’économie de nos ressources. Par divers moyens, nous pouvons réduire notre empreinte écologique et nous pouvons tous, à notre échelle, tenter d’y répondre. Les Accords de Paris signés le 12 Décembre 2015, nous donnent un cap avec comme objectif de contenir à 2°C, voire 1,5°C l’augmentation de la température à l’horizon 2100. Cela implique, dès aujourd’hui, un changement de nos comportements et une façon différente de penser nos projets futurs en mettant au centre de nos réflexions un volet environnemental. Cela passe également par le choix d’un éclairage LED, pour son espace public.

Choix de l'éclairage LED pour sauver la planète

Bien choisir son éclairage LED

Dans de nombreux secteurs cette évolution serait possible. C’est le cas en ce qui concerne l’éclairage. Aujourd’hui la LED s’est imposée de façon indéniable dans nos bâtiments et éclairages extérieurs et ses apports sur le plan de la consommation sont incontestables. Néanmoins, l’ensemble des solutions proposées ne se valent pas. Certes, tous les équipements LEDs se composent des mêmes matières premières, pour autant, il s’agit d’être vigilant car il existe des différences fondamentales entre certains types de matériel. En effet, certains équipements pourront donner satisfaction pendant 3-4 ans alors que d’autres, de meilleure qualité, pourront vous accompagner jusqu’entre 12 et 25 ans !

Dès lors que nous avons effectué ce constat, comment ne pas se tromper sur le choix des équipements à privilégier ? De manière générale, nous avons pris pour habitude de raisonner en ROI (Retour sur investissement). Mais cet indicateur pris seul n’est pas garant d’une installation pérenne et rentable. Cet indice se basant sur l’économie de budget de fonctionnement réalisée entre une ancienne installation et la nouvelle, ne prend pas en compte la durée pendant laquelle le luminaire pourra donner satisfaction d’un point de vue réglementaire. Car il faut bien avoir en tête que la mise en conformité d’un matériel vieillissant peut être contraignante au niveau des désagréments occasionnés et surtout au niveau de votre budget !

Et d’un point de vue environnemental ?

Il va sans dire que le renouvellement récurrent de matériel, implique nécessairement une plus grande production de déchets. Et si l’approche que l’on adopte concernant l’éclairage LED, reste basée sur le ROI, le matériel devra être changé plus souvent. La consommation s’en fera donc ressentir et consécutivement, une plus grande quantité de déchets sera produite . Et qui dit production de déchets, dit forcément traitement de ces mêmes déchets ! Et sur cette question précise, il faut savoir que ce sont les producteurs qui financent eux-mêmes le traitement des déchets d’équipements électriques et électroniques à travers une éco-participation. Pour information, en 2015 ces résidus représentaient en France 621 557 tonnes soit une augmentation de 17,8% par rapport à 2014. Devons nous donc poursuivre sur cette dynamique de gaspillage ou au contraire envisager la conception d’une réelle économie des ressources, comme la chance de l’émergence d’un nouveau facteur de productivité ?

Penser la LED autrement ne sera pas l’unique acte que nous devrons engager pour sauver notre planète. Mais dupliquer cette approche à nos différentes activités pourra nous amener à respecter les engagements pris par nos dirigeants aux Accords de Paris. N’oublions pas que nous sommes tous acteurs.