Le parc des Alisiers, quatre hectares de pur bonheur.

La ville d’Antony, près de Paris, a réussi un admirable défi: elle s’est offert un bout de campagne en ville. Elle démontra par le fait même qu’il était toujours possible d’aspirer à un environnement plus équilibré où la ville côtoie naturellement la campagne. Les Antoniens en jouissent depuis déjà quatre ans ! 

Un véritable no man’s land.

Pour comprendre la complexité du dossier, nous nous permettons de contextualiser un peu… Ce qui deviendrait un jour le Parc des Alisiers étaient en fait une friche abandonnée inspirant bien peu de choses et encore moins une telle reconversion. Ces quatre hectares étaient à proximité de la nature (le parc de Sceaux, le bois de Verrières et la coulée verte) mais ils étaient aussi bordés par l’autoroute A86, soit l’une des plus fréquentées de l’hexagone. Son principal défaut était donc la pollution sonore engrangée par cette artère considérable.

«La réponse acoustique a été de concevoir un environnement acoustique variable permettant de concevoir une zone à haute qualité sonore »

Le maître du son.

Pour faire de cette friche un parc ressourçant il était nécessaire de s’outiller d’une véritable équipe d’experts. Son talon d’Achille étant le bruit, c’est naturellement que l’acousticien joua un rôle clé dans ce projet audacieux.

La magie ne fait pas de bruit.

Ce spécialiste du son était plus que nécessaire car il était le seul à savoir faire taire une telle bavarde, du moins à en donner l’impression avec un peu de magie. Celle que l’on obtient par un savant mélange de savoir-faire mais aussi d’innovations techniques.

Le mur du son.

C’est en jouant avec les reliefs,  qu’ils y sont arrivés. Ils ont rehaussés les merlons déjà existant et ont construit des murs antibruit faites de pierres de Pouzzolane . Ceux-ci étalés sur une distance d’un kilomètre, suivant presque naturellement le cours de l’autoroute.

« Cette amélioration du traitement acoustique a permis de réduire le bruit de 12 décibels. »

Une idée florissante.

Il est intéressant de préciser que ces murs de pierres furent enterrés pour que la végétation puisse se l’approprier. Ce projet avait donc une double volonté, une volonté technique certes mais aussi esthétique. En plus d’être un allié à la réduction de la pollution sonore, il aurait le mérite de réduire la pollution de l’air.

Un C.V des plus vert.

Il faut dire que ce parc ne fait qu’accumuler les bons points ! Il dispose d’une éolienne, de panneaux photovoltaïques, il est rigoureux dans sa gestion de l’eau (en récupérant l’eau de pluie) et il préserve jalousement sa flore(y compris les alisiers lui ayant donné son nom). Pour conclure, le parc des Alisiers est un environnement « Zéro » phyto, aucun produit néfaste n’est toléré en ces lieux ! Ecologiquement parlant, c’est un sans faute !

Un jardin, mille profils.

Alors ne trouvez-vous pas que toutes les raisons sont bonnes pour aller y faire une petite promenade de santé ? Et profiter gracieusement de tous les avantages que ce parc offre à ses usagers : aires de jeux, espaces sportifs (appareils fitness, mur d’escalade, terrain multisports), bancs… Du cycliste au piéton, du curieux au sportif, tout le monde est convié à s’y retrouver pour se ressourcer.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top