La pollution sonore : Nos transports sur le banc des accusés.


Souvenez-vous de notre article « Comment faire de la ville un havre de paix ? » où nous vous parlions des solutions urbaines participant à réduire la pollution sonore. Sachez qu’il y en a d’autres… C’est pourquoi dans cet article nous vous en présenterons encore quelques-unes.

La pollution au cœur de la ville.

Aujourd’hui, que nous vivions en périphérie ou en plein cœur de la ville, nous devons rouler (sur rame ou sur roues) pour faire nos liaisons quotidiennes. Nous avons bien sûr l’embarras du choix, du métro à la voiture, en passant par le train et le bus. Avec la demande croissante des usagers en matière de transports collectifs, il est nécessaire de faire preuve d’ingéniosité pour éviter les gênes qu’occasionnent nos déplacements.

Plus que du simple bitume…

Sur nos routes très fréquentées, les véhicules les plus représentés demeurent les voitures polluantes. D’ici à ce que le vent tourne sérieusement, il est nécessaire de trouver des moyens pour réduire les bruits que ces voitures émettent. Il faut savoir que l’intensité du bruit dépendra de plusieurs facteurs : la vitesse, la circulation, la pente de la route et de son revêtement. Un revêtement réducteur de bruit est une bonne solution et fait une différence en diminuant le frottement. (Nous pouvons gagner jusqu’à cinq décibels face à une solution standard.)

Circulez, je vous prie !

Les villes peuvent aussi opter pour la coordination de leurs feux de circulation. Cette synchronisation permettra de réduire le nombre de démarrage de nos moteurs bruyants. (Cette solution peut faire gagner jusqu’à trois décibels.) A noter que les carrefours giratoires sont encore plus efficaces en ce qui concerne la fluidité de la circulation.

Ne manquez pas le train !

Le transport ferroviaire semble être un bon joueur en faisant de réels efforts pour ne pas déranger. Pour calculer l’émission sonore d’une structure ferroviaire, il est nécessaire encore une fois de prendre en considération plusieurs éléments. Ceux-ci sont sensiblement les mêmes que la voiture. Il est intéressant d’ajouter que les conditions météorologiques peuvent avoir une influence sur l’émission sonore de ces engins.

Quand + un donne – un.

Pour conclure, nous vous conseillons de privilégier les transport en commun ou le covoiturage. En partageant la route, vous passerez un moment sensiblement plus agréable. Et que dire du vélo ? Qu’il est écolo et qui est un véritable allié à la santé en réduisant les pollutions. Toutes ces options sont très intéressantes, car elles vous feront participer au projet collectif d’un monde plus sain.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top