L’AFE et LUCI ; l’expertise trois couleurs.

« La lumière à Lyon est aujourd’hui une évidence : tout promeneur nocturne remarquera combien elle est devenue une composante essentielle de l’architecture lyonnaise, en révélant ses trésors sans les dénaturer. »[1]

Vous le saviez sans doute déjà qu’en décembre, la ville de Lyon se pare de lumière… Mais saviez-vous qu’elle le fait depuis plus de 150 ans ?[2] Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’à Lyon, la mise en lumière est de l’ordre de la tradition ! Historiquement parlant, elle s’illuminait avant même les balbutiements de l’éclairage public.

La lumière en tradition.

A cette époque, la métropole jouissait d’un éclairage artisanal offert gracieusement par ses administrés. Elle avait déjà le mérite de rassembler tous les Lyonnais autour d’une volonté commune, celle de mettre en lumière cette ville qu’ils aimaient tant. Cette fête religieuse devint un véritable rendez-vous populaire et en 1989, elle fut nommé la « Fête des lumières »[3].

« A la création du réseau LUCI, il y 15 ans, la lumière, dans beaucoup de villes, était quelque chose qui était un peu ignoré et n’était pas toujours très bien traité. »[4]

LUCI, une vieille âme.

Pas étonnant que sa grande expérience lui vaut un statut d’expert, son savoir-faire est reconnu nationalement mais aussi à l’étranger. La ville de Lyon eut la volonté de consolider l’ensemble des compétences et d’encourager aux dialogues entre les différents acteurs. C’est de cette volonté qu’est née en 2002, la fameuse  LUCI[5]( Lighting Urban Community International).

« La Ville de Lyon crée en 2002  le réseau international LUCI [6](Lighting Urban Community International), rassemblant des villes venant des quatre coins du globe et qui sont convaincues du rôle primordial de la lumière dans le développement urbain, économique et social. »[7]


LUCI ne laisse personne indifférent.

Désormais LUCI est un réseau fort de ses 110 membres , de 51 membres associés, de ses 65 villes et d’autant d’évènements d’envergures à son compteur. [8] Il est vrai que le monde se laisse inspirer par le savoir-faire lyonnais et, par la même occasion, LUCI brille de mille feux !

La lumière de la France.

Le siècle des lumières, la ville lumière et sans oublier les frères Lumière…La France a depuis toujours une relation des plus étroite avec cette volonté d’éclairer les esprits et le quotidien de ses citoyens. L’éclairage est issu d’une technologie qui n’en finit pas d’évoluer, il se mérite d’être considéré et surtout manipulé dans les règles de l’art.

L’AFE, pleine de bonnes intentions.

Aujourd’hui plus que jamais, l’éclairage ne se résume plus au simple fait d’éclairer, maintenant elle est abordée sous des angles des plus divers, dont l’écologie et l’économie. C’est pour toutes ces raisons et plus encore que l’association de l’AFE (Association française de l’éclairage) prend tout son sens et demeure d’autant plus pertinente et nécessaire.

« L’association promeut la culture de l’éclairage au service de l’homme, économe en énergie et  respectueuse de son environnement : la juste quantité de lumière, là et où il faut, quand il le faut. »[9]

Un savoir-faire  « fabriqué en France ».

Ce regroupement né en 1930 est la référence scientifique de l’éclairage au sein de l’hexagone et ses recommandations posent les bases d’un savoir-faire qui se doit d’être encadré avec soin. L’AFE est aussi la voix de l’expertise française à l’international. Son autorité d’expert n’est pas à discuter, elle est aisément cité dans le Code du travail, dans divers textes officiels et de références.

« Ses partenariats avec des organismes comme l’Institut de la Vision et l’ASNAV lui permettent de travailler sur des sujets aussi variés que les limites acceptables de luminance au travail, la DLMA, la relation lumière et Alzheimer, la déficience visuelle et l’accessibilité, les troubles du sommeil… »[10]

La France, cette sophistiquée.

La France, que ce soit par son réseau LUCI ou par son association d’experts de l’AFE, démontre plus d’une fois sa maîtrise et sa haute technicité en matière d’éclairage. Il est vrai que l’hexagone a toujours eut cette tendance et cette facilité à se mettre en lumière, et ce, toujours de belles façons.

« L’Association française de l’éclairage représente la France dans les instances de normalisation nationales (AFNOR) et internationales (CEN et CIE, via le CIE-France). Elle assure ainsi la Présidence de la Commission « Eclairagisme » X90X de l’AFNOR pour les bonnes pratiques de l’éclairage. »[11]

 

[1] http://www.fetedeslumieres.lyon.fr/fr/page/lyon-specialiste-de-la-lumiere

[2] ttps://www.aucoeurdelyon.fr/fete-des-lumieres-lyon-histoire-programme-2017/

[3] http://www.fetedeslumieres.lyon.fr/fr/page/lyon-specialiste-de-la-lumiere

[4] http://onlylight-event.com/jean-michel-daclin

[5] Le réseau international des villes sur l’éclairage urbain.( http://onlylight-event.com/jean-michel-daclin)

[6] http://www.fetedeslumieres.lyon.fr/fr/page/lyon-specialiste-de-la-lumiere

[7] https://www.aucoeurdelyon.fr/fete-des-lumieres-lyon-histoire-programme-2017/

[8] http://www.fetedeslumieres.lyon.fr/fr/page/lyon-specialiste-de-la-lumiere

[9] http://www.afe-eclairage.fr/afe/nos-missions-20.html

[10] http://www.afe-eclairage.fr/blogdelafe/lafe/qui-sommes-nous/

[11] http://www.afe-eclairage.fr/blogdelafe/lafe/qui-sommes-nous/

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top