La pollution sonore : Une cohabitation assourdissante.

Comme nous l’avons vu ensemble la pollution sonore survient lorsque le bruit devient excessif, troublant et même dangereux. En acoustique nous commençons à parler de torture à partir de 120 décibels (pour vous donner un ordre d’idée, c’est le nombre de décibels qu’émet une sirène de pompiers.) Il en va de notre santé et de notre qualité de vie. L’un des terrains de jeu préféré du bruit est bien sûr la ville et notre quotidien.


La ville ne dort jamais.


La ville est
, tel un organisme vivant, toujours en mouvements et l’a toujours été. Ses citadins pour la suivre donnent l’impression de ne jamais s’arrêter, ils semblent avoir une vie rythmée au quart de tour. Pour rester compétitive, la ville accepta de multiples changements, mutations et sacrifices.

Des citadins excédés.

Des changements que nous subissons au quotidien par les nombreuses pollutions et perturbations qu’elle engendre impunément. Car oui, cette hyperactive, rien ne semblait l’arrêter… Jusqu’au jour où des voix se sont levées et ont dénoncé les répercussions de ce raz-de-marée. Sa gourmandise insatiable n’était pas sans impact, elle avait un prix ! En faisant le choix de privilégier le gris béton au vert nature, nous jouions aveuglément beaucoup pour notre avenir collectif

“Le bruit doit devenir une priorité, comme le sont devenues la qualité de l’air ou la lutte contre le réchauffement climatique.”[1]

Des voix se sont levées.

Il est bien sûr difficile de faire taire la ville, de vouloir tout calfeutrer. Mais nous pouvons toujours faire mieux, c’est le génie humain. Par nos avancées technologiques, nous en avons la possibilité ! Mais pour que les choses changent parfois, il suffit de le revendiquer, de faire part de notre volonté. Pour ce faire, il est nécessaire de prendre conscience de la situation qui est la nôtre : Nous sommes victime du bruit que nous émettons, pour le bon déroulement de nos activités quotidiennes.

Un medley qui sonne faux.

Le bruit est présent du matin jusqu’au soir, du réveil au coucher. Certains s’endorment au son d’une musique qu’ils apprécient, qui les apaisent, d’autres chantonnent une berceuse pour assoupir les plus petits. Tandis que dans la journée c’est le festival ! Il est question du chant des klaxons, des marteaux-piqueurs, de l’open-space en ébullition, des enfants dans la cour de récré. Les jours passent et les bruits les meublant demeurent et persistes, ils sont ancrés.

Pourquoi tolérer l’intolérable ?

Ce medley de sons divers et incessant est tellement présent, qu’il en devient presque naturel. Nous sommes habitués à cette présence, à cette cohabitation, et ce, sans trop broncher. C’est une erreur de notre part ! C’est insensé ! Endureriez-vous un colocataire passant l’intégralité de ses journées à jouer de la batterie dans vos oreilles? Alors pourquoi acceptez-vous cette entité plus que nuisible ?

Du chantier au mélomane.

Nous avons tous vécu une situation où le voisin est trop bruyant, où un chantier trop près.  La pollution sonore ne se contente pas de perturber notre audition, elle chamboule tout sur son passage. Pour les plus chanceux, cette perturbation n’aura été que passagère, mais si celle-ci s’éternise, les problèmes s’installent et la liste de ses victimes est longue… Le corps entier ne supporte pas l’affront !

Soyez à l’écoute !

L’ouïe est la première victime car elle se veut fragile et est directement concernée par le problème. Des acouphènes à la surdité, qui elle est permanente, il est important d’être et de rester attentif à la santé de ses oreilles. Mais pas que ! Car nous pouvons voir apparaître des problèmes de tension, des troubles du sommeil, du stress.

Des espèces sonnantes et trébuchantes.

Alors imaginez son impact sur une population déjà fragilisée, les personnes autistes par exemple. Cette ribambelle de soucis de santé devient à grande échelle un fardeau social et financier.  Une facture à l’échelle nationale se chiffrant à plusieurs milliards d’euros, par année.

Le triptyque du bruit.

Pour y voir un peu plus clair, les spécialistes les ont classés en trois catégories distinctes : les bruits dû à une activité, ceux dû à un comportement et les derniers provenant des chantiers. Il est évident que certains métiers sont plus à risque que d’autres, rares sont les comptables qui, à la retraite, se plaignent de surdité professionnelle. Cependant il ne faut pas croire que notre ami le comptable n’a jamais fini une dure journée de travail, sans être irrité par les bruits de corridors ou de l’imprimante.

L’uniforme de la tête aux pieds.

 Les professions à risques prescrivent le port de protections conçues à cet effet, pour limiter d’éventuels dommages regrettables. Ces casques et autres équipements deviennent un élément à part entière de l’équipement de travail. Selon l’AFSSET (l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail), les surdités professionnelles pèsent lourd dans la balance, les statistiques parlent d’elles-mêmes : il s’agit de l’une des principales maladies professionnelles dans l’hexagone.

« 80% des Français se déclarent perturbés par des nuisances sonores, à la maison. »[2]

La tour de Babel.

Après une longue journée de travail, nous espérons trouver calme et repos. C’est une volonté légitime, mais elle devient presque un mirage aujourd’hui. Car le bruit s’est introduit partout, même dans notre petit cocon. Malheureusement nous avons tous déjà vécu un enfer domestique dans une tour mal isolée où, coïncidence oblige, le locataire le plus bruyant est votre plus proche voisin…À moins d’être particulièrement intolérant aux bruits (un tantinet misophone) vous avez certainement de bonnes raisons de vous plaindre de ces bruits ambiants.

Après l’exode rural, l’exode urbain ?

Alors comment trouver le repos dans de telles conditions? Nos pauvres sens sont constamment sollicités, titillés, par ces agresseurs invisibles. Pas étonnant que les citadins recherchent tant à fuir à la campagne. (Certains le temps d’un week-end et d’autres le font définitivement.) Pourtant, plus souvent qu’autrement, il suffirait de presque rien pour que ces vieilles bâtisses redeviennent un lieu où il fait bon vivre en toute quiétude.

Soyez gentleman !

Vous pouvez commencer par le plus simple, la courtoisie ! Manifestez-vous gentiment à ce voisin un peu trop expressif. Dans le meilleur des cas, il baissera le son, sinon rendez-vous chez un médiateur… Et oui ! Des fois, il n’y a pas le choix de passer par des professionnels pour retrouver un bon voisinage et la sainte paix.  D’autre fois, le coupable est nul autre que le mur ou le plafond qui vous sépare l’un l’autre. Dans ce cas, nous sommes dans une carence en isolation phonique. La clé de la médiation se trouve alors dans la matière.


Et le rêve devint réalité.

Vous en rêvez ? Alors, pourquoi s’en priver ?  Vous hésitez, car ça vous semble cher et que vous n’êtes pas le propriétaire du lieu ? N’ayez crainte ! Vos rêves peuvent devenir réalité à la vitesse de la lumière. Sachant que votre bailleur peut demander une aide financière pour réaliser cette mise à niveau que vous espérez tant.

Tous unis contre l’adversité.

Vous n’êtes peut-être pas le seul à la souhaiter ? En plus, cette isolation bienfaitrice serait également un gain en isolation thermique. C’est-à-dire que vous passerez des hivers plus chaleureux synonyme d’une moins grosse facture. Vous gagnerez en énergie, au lieu d’en perdre inutilement….

Les 4 lettres bienfaitrices.

Mais en fait que prescrit concrètement le ministère de l’écologie à ce sujet ? Il propose trois mesures, dont une est l’isolation acoustique d’immeuble. En passant de la répression à la sensibilisation et  faire adopter le PPBE[3] (Plan de prévention du bruit dans l’environnement)

À l’aube de la Smartcity.

En réalité, une ville se voulant intelligente aura à sa disposition une panoplie de spécialistes travaillant en symbiose, pour le bien-être de la commune et de ses administrés. Elle aura par exemple un acousticien qui saura évaluer le degré d’exposition, selon les secteurs. En couplant acousticien et PBBE, vous saurez exactement où installer votre prochain terrain multisports. Et ça, c’est malin !

Les mobilités douces nous transportent.

L’espace d’une journée la ville respire un peu mieux et nous aussi, c’est  « La journée sans voiture » ! Un cadeau qui a plus de cinquante ans et concerne aujourd’hui plus de mille villes dans le monde. Paris s’est laissée charmer et en 2007, elle a trouvé un nouveau sens à cette journée, elle s’en est servi pour promouvoir les transports en commun et ça c’est une bonne nouvelle pour tous nos sens et, par la même occasion, notre santé.

Des données qui font du bruit.

Qui dit transport en commun dit réduction en pollutions de toutes sortes. Une ville telle que Paris a beaucoup à gagner en multipliant ce genre d’initiatives. Toute personne ayant déjà séjournée dans la capitale est conscient de la légitimité d’un bon double vitrage. Pas étonnant que la pollution sonore soit le sujet premier des plaintes et du mécontentement de ses citadins. Les statistiques parlent de 10% de sa population qui serait dans une zone survoltée par le bruit, un bruit excessif.[4] La Capitale est l’une des plus bruyante, en quatrième position derrière Le Caire, New-York et Istanbul.[5]

Une ville de lumière et de silence.

Pour soigner son problème la belle Parisienne prend l’habitude de se revêtir d’un goudronnage absorbant les bruits. Encore une fois l’innovation est une véritable plus-value pour l’urbanisme ! En plus de ses zones à 30km/h,[6] dans une volonté assumée d’avoir des routes de plus en plus silencieuses et des résidents de plus en plus paisibles. Paris est tellement motivée d’enrayer une bonne fois pour toutes les pollutions sonores qu’elle deviendra peut-être un jour, « LA » référence à l’échelle mondiale ? La ville lumière est, à n’en pas douter, une véritable chef de file au sein de l’hexagone.

La bienveillance de l’Europe.

De son côté, l’Europe n’est pas en reste, elle a aussi de la suite dans les idées et ses idées nous veulent du bien! Le vieux continent veut montrer l’exemple en généralisant les écrans antibruit. Ceux-ci serviront à limiter le vacarme engendré par nos déplacements, de l’aéroport aux voies ferrées, en passant par nos routes surpeuplées et congestionnées. Le citoyen actif devrait voir ses maux de têtes diminuer progressivement : Merci l’Europe!

Le vert, un signe de bonne santé.

Dans nos villes, les zones où les moments de silence deviennent rares et précieux. C’est pourquoi une ville intelligente aura assez de flair pour préserver et faire pousser des espaces verts. À tous points de vues, cette verdure sera une véritable bénédiction! Elle permet à la ville de respirer à plein poumons, mais aussi calfeutre naturellement les émissions sonores à proximité.

L’émancipation du bruit.

Par l’expansion urbaine, les transports et nos activités, le bruit va au-delà des murs de la ville et affecte de plus en plus la douce campagne, cette terre servant d’exil des citadins excédés. Ce constat est lourd de conséquence car les animaux jadis si paisibles et chantant deviennent de plus en plus perturbés. Les sons trop forts les désorientent, et ce, jusqu’à affecter leur instinct et menacer leur survie.

“Si un animal est occupé à écouter un bruit étranger, il peut oublier de se nourrir ou d’éviter un prédateur à proximité ».[7]

La biodiversité déchante.

De leur côté, les oiseaux ne s’entendent plus chanter et ce n’est pas une image ! Et ce n’est pas tout ! L’ensemble de la biodiversité est concerné par ce ravage, et ce, de la terre à la mer, des animaux marins au plus infime insecte. Des insectes qui s’avèrent très utiles, car ils contribuent tous les jours à fleurir nos jardins et, par la même occasion, colorer nos assiettes. Il est nécessaire et urgent de désamorcer cette machine à tuer, c’est une question d’équilibre ! Car sans la biodiversité l’homme restera sur sa faim et regrettera le choix qu’il aura fait un jour de privilégier le gris béton au vert nature…

« 18 000 espèces animales au total sont menacées d’extinction sur le territoire, soit près d’une sur trois. »[8]

Le plaisir de conduire.

Ce texte vous inspire et vous souhaitez à votre échelle faire une différence ? Nous nous en réjouissons, car dans tous combats le moindre geste compte ! Si vous devez changer de voiture, laissez-vous séduire par l’électrique ! Car oui, pour ceux qui ne le savaient pas déjà, les voitures électriques sont plus silencieuses que les autres sur le marché. Si vous ne prévoyez pas une telle dépense, que nous savons conséquente, vous pouvez toujours munir votre voiture actuelle de pneus réducteurs de bruit.

Investissez dans un peu de silence.

Le bruit n’est pas que sur nos routes, il infiltre aussi notre sphère privée ! Un endroit qui nous est cher et où le moindre bourdonnement suffit à troubler notre repos. Alors pourquoi ne pas choisir des électroménagers (réfrigérateurs ou machines à laver) moins bruyants? Vous pouvez aussi vous amuser à décorer cet espace. C’est une chose que nous pouvons tous faire, et ce, pour peu de frais ! Votre cocon sera du coup un peu plus agréable et un peu plus insonorisé.

Un havre de paix au cœur de votre ville.

Assurez-vous que votre meilleur ami soit coopératif et qu’il ne jappe pas inutilement, vos voisins seront reconnaissants et vous éloignerez un peu plus le médiateur… Nous vous conseillons aussi de sortir et de prendre l’air. C’est une bonne idée de ne pas rester cloitré. En matière de sortie, il n’est pas nécessaire de prendre sa voiture et de quitter la ville. Nous vous invitons à profiter des petits plaisirs qu’offre votre ville, et ce, gracieusement.

Suivez le guide !

En vous dirigeant tout simplement vers le jardin public le plus proche. Pour vous y retrouver vous n’avez qu’à suivre nos totems et nos thermocollages judicieusement installés pour vous simplifier la vie et vous aider à aborder la ville tout en douceur. Lorsque vous serez arrivé à destination, vous y trouverez nos bancs, nos jardinières et toute une gamme de mobilier rappelant délicatement la végétation. Souvenez-vous ! Nous avons même des assises qui s’intègreront parfaitement aux gabions, un élément insonorisant qui fait ses preuves à tous les jours dans les murs antibruit, ceux qui bordent nos autoroutes pour contrer la pollution sonore qu’elles émettent.

À chacun son espace !

Les villes sont, comme l’est votre espace de vie, aménagées avec flair et passions ! Vous avez des zones dédiées à toutes les générations qui dynamisent volontiers nos cités. Par exemple dans la zone junior, vous y trouverez des aires de jeux. Les enfants ayant beaucoup d’énergies à dépenser seront de belle façon initiés à l’activité physique.  Tandis que vos adolescents chercheront un endroit « sympa » où se rejoindre et sociabiliser. Pour que leur petite réunion ne vienne pas perturber les résidents à proximité, penser à les éloigner un peu de vos habitations (ttention; éloigner ne voulant pas dire isoler)

Laissez votre jeunesse s’exprimer !

Les jeunes ont eux aussi beaucoup d’énergie à dépenser et aimeront exercer les sports à la mode ou du moins les essayer…Alors pourquoi ne pas leur offrir une structure permettant le PARKOUR ou un lieu pour exercer les sports de glisse, soit un SKATEPARK ? Ces futurs citoyens qui n’ont pas encore le permis se déplacent volontiers à vélo, sur leur planche ou sur leur trottinette

Une monture à chouchouter.

Parlons de vos cyclistes, il faut les encourager à poursuivre sur leur lancée, soit de préférer une mobilité douce à une solution motorisée. En ce sens, pensez à parsemer votre ville d’appuis-vélos. Il serait judicieux d’en installer où vous interdisez leur présence, par exemple à l’entrée d’un jardin public. (Nous vous invitons à exposer clairement votre volonté en plaçant un sélectif sans Pass’vélo) Les adeptes de ce moyen de locomotion devant se départir de leur monture, apprécieront de la retrouver à l’endroit exact où ils l’ont laissé et surtout dans le même état.

Une mosaïque de besoins à satisfaire.

Dans votre aménagement, n’oubliez pas votre population aux besoins particuliers, soit vos personnes à mobilité réduite (PMR) et vos personnes âgées. Elles aussi méritent toute votre considération et les meilleurs équipements. Pour vos aînés, nous avons tout un catalogue pour eux ! Il faut dire que la Silver économie nous inspire beaucoup et nous avons toutes sortes de solutions à vous proposer.

La silver économie.

Ce catalogue dédié expose nos structures d’assises adaptées et même un circuit sportif de plein air leur permettant une remise en forme toute en délicatesse. Chez Candéliance nous cherchons à rendre la ville d’aujourd’hui, mais surtout celle de demain plus inclusive et nous pouvons vous aider dans ce beau défi citoyen.

Le sport pour tous !

Chez Candéliance, nous sommes de ceux qui souhaitent voir le sport se démocratiser et ne plus se confiner aux salles de sports sous engagement payant. Nous avons une gamme complète d’équipements fitness offrant le sport en plein air et le plus beau ; sans aucun frais ou engagement quelconque.

Le défi du motorisé.

Bien que bruyantes, les voitures font partie du paysage urbain, c’est pourquoi il est nécessaire de les prendre en considération. Dites- vous qu’il est préférable de savoir les orchestrer correctement plutôt que de les subir… Notre objectif est de faire régner une belle cohésion et que la cohabitation puisse se faire au mieux, et ce, dans l’intérêt de tous.

Feu vert à une signalisation bien-pensée.

C’est pourquoi, il vous sera nécessaire d’installer des séparateurs de voies et une signalisation simple et efficace. En matière de signalisation, nous en avons pour tous les goûts de la verticale à l’horizontale. Elles auront toutes le même objectif, soit diriger naturellement les voitures vers les aires de parkings prévues à cet effet. Dites-vous qu’une voiture bien orientée est une voiture qui polluera moins (vos oreilles et vos poumons).

Redynamiser vos centres-villes.

Pour encourager vos citadins à préférer les mobilités douces aux engins à moteurs faites des choix qui exposeront cette volonté. Pourquoi ne pas installer des aires de parkings payantes à l’intérieur de votre ville et de mettre les gratuites à l’extérieur ? De cette façon, vos visiteurs et touristes préfèreront marcher plutôt que d’investir dans un parking. Dites-vous que l’argent économisé sera susceptible d’être dépenser dans vos monuments et vos commerces, c’est donc une très bonne nouvelle !

Des idées lumineuses.

Mais n’oubliez pas encore une fois d’équiper votre ville d’une bonne signalisation, celle-ci permettra à vos usagers (à pieds) de rejoindre la ville ou le parking dans les meilleures conditions. Pour que le message soit clair, et ce, de jour comme de nuit, vous pouvez choisir le luminescent. Chez Candéliance nous avons des graviers photoluminescents ou des plaques signalétiques qui illumineront vos voies dès la nuit tombée.

Une chorégraphie rondement menée.

Pour le stationnement malin et de courte durée, nous avons « LA » solution idéale ! Celle-ci entraînera les automobilistes dans une rotation soutenue « coachée » par un décompte intégré à notre machine. Les citadins auront juste assez de temps pour faire des actions très ciblées, soit acheter une baguette à la boulangerie ou de déposer une cousine en visite à la gare. Dans un quotidien rythmé au quart de tours, ce genre de système peut suffire à combler les besoins de tout le monde et à redynamiser votre centre-ville.

Surfez sur la vague bleue !

Pour surfer sur la vague sportive découlant de notre victoire nationale, vous serez peut-être tenté d’investir dans une installation sportive, soit un endroit dédié à la pratique du sport ? Notre solution de terrain multisports est faite pour vous et vous garantit les meilleures conditions d’usage, car elle n’incommodera absolument personne !

Un TMS qui ne vous lâchera pas !

Notre terrain multisports étant entièrement insonorisé grâce à une technique ingénieuse d’ensablement, c’est cela qui lui permet d’être silencieux. Pour être encore plus prévoyant, faites comme la ville d’Angres et pensez à rehausser les frontons de la structure et à installer un portail. Ainsi vous vous éviterez bien des soucis ; de la perte malencontreuse d’un ballon allant se réfugier dans un jardin au squat nocturne.

Aménageons ensemble la ville de demain.

Pour conclure, nous vous invitons à vous asseoir confortablement sur un de nos bancs spécialement adapté à vos besoins, pour mieux apprécier ce moment de grâce et de quiétude offert par votre commune (et les bons soins de nos experts Candéliance). Si votre ville n’était pas suffisamment aménagée et que nos textes auront su vous inspirer, nous en sommes ravies et nous vous invitons à prendre contact directement avec notre experte en aménagement urbain.

 

[1] https://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/environnement-sante-cout-social-comment-la-pollution-sonore-nous-gache-lavie_2184041.html

[2] https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/info-sante/pollution-sonore-des-consequences-parfois-graves-sur-la-sante_2260975.html

[3] Un plan de prévention du bruit dans l’environnement (abrégé PPBE) est un document officiel dont l’élaboration est basée sur des textes de lois. L’objectif de l’élaboration d’un tel plan est la réduction et la prévention du bruit dans des zones critiques où la population est soumise à des niveaux de bruits élevés dus aux routes, trains, aéronefs et industries. (https://fr.wikipedia.org/wiki/Plan_de_pr%C3%A9vention_du_bruit_dans_l%27environnement)

[4] https://www.francebleu.fr/infos/sante-sciences/bruit-dans-les-grandes-villes-le-tiers-des-habitants-subit-une-pollution-sonore-excessive-1449656803

[5] https://www.huffingtonpost.fr/2017/05/18/grandes-villes-et-pollution-sonore_a_22096901/

[6] https://www.lexpress.fr/actualite/societe/trafic/limitations-de-vitesses-les-zones-a-30-km-h-largement-etendues-dans-paris_1943776.html

[7] https://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/environnement-sante-cout-social-comment-la-pollution-sonore-nous-gache-lavie_2184041.html

[8] https://www.sudouest.fr/2018/07/05/biodiversite-en-danger-le-sos-lance-par-la-nature-en-cinq-chiffres-5203978-706.php

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top