Les Bleus et la victoire : «C’est un privilège de donner du bonheur aux gens»

«Je vous avais dit à vous et au coach de rapporter la deuxième étoile. Vous l’avez fait ! Vous nous avez fait rêver, vous avez fait un magnifique football, vous avez fait rêver 60 millions de Français et des gamins partout et vous le verrez demain quand vous allez revenir à la maison. Je voulais vous dire les enfants, un grand merci à vous, à toute l’équipe.»[1]

Comme le dit si bien Monsieur le président, le sport a cette faculté extraordinaire d’unir 60 millions de solitudes autour d’un jeu à vocation universelle, le Football. Dans une modernité où les repères traditionnels s’effritent, c’est naturellement que l’homme se tourne vers une chose simple et d’une enviable stabilité, le sport.

Le bleu porteur d’espoirs.
Le président Macron et bien d’autres saluent cette formidable cohésion nationale offerte et retrouvée par le sport. Dans cette période de divisions, d’obscurantisme et d’intolérances, il devient à lui seul porteur de ce qui se veut collectif et partagé.  C’est pourquoi ce dénominateur commun est du coup si précieux et synonyme d’espérance.

« La théâtralité même du spectacle sportif permet de mettre en action à un moment donné et dans un lieu bien précis tous les sentiments et les valeurs d’une nation, c’est-à-dire ses forces, ses faiblesses, son esprit de solidarité, et surtout ses espoirs. »[2]

Un sport aux couleurs de l’arc-en-ciel.
Car le sport n’a pas de carte d’électeur, n’a pas de passeport et il arbore volontiers toutes les couleurs de maillots, car adopté par toutes les nations. Mais heureusement pour nous, ce patriotisme ne fait qu’innocemment nourrir une dualité mise en scène. Aujourd’hui, nous mesurons la puissance et la grandeur d’une nation par le jeu et non plus par les armes (et tant mieux) !

Unis dans la diversité[3].
Le sport est donc un outil de communication et de dialogues entre les peuples qui se rassemblent autour du ballon rond devenu symbole de cohésion.  C’est pour plusieurs la plus belle réussite de la mondialisation, car contrairement aux autres éléments culturels, il ne nécessite pas l’électricité.  C’est pourquoi, il est le plus universel ! Tous les enfants, à défaut de pouvoir le regarder à la télévision, peuvent  se laisser bercer par les joies du sport.

« Si ces systèmes de représentation s’ancrent dans le passé sous la forme de la mémoire, ils se réfèrent aussi au futur sous la forme de l’espoir. Le sport national est souvent celui qui permet ou dont on espère qu’il permettra de tenir un rang d’excellence sur la scène sportive mondiale. »[4]

« On a gagné ! »
Nous assistons par notre victoire de dimanche dernier à l’érection d’une belle œuvre collective. Car la victoire tisse des liens rares et précieux entre les individus de la nation auréolée. (Il est même question d’une communion populaire). Elle participe à la mémoire et l’imaginaire collectifs et crée volontiers des mythes.  La victoire est gage de fierté partagée et est un véritable levier au sentiment d’appartenance.

« Le football est un instrument de paix. La FIFA s’efforce de réunir autour d’un ballon rond toutes les races, dans le monde entier, car le foot est une langue universelle. »[5]

Laissez la place à la relève !
Dans leur jeu, et ce,  sans le savoir, les futurs Zidane contredisent toutes les théories raciales . Car dans leur jeu toutes les couleurs se mélangent allégrement. Le sport est un incroyable élément à la médiation, en nous poussant à aller vers l’autre. Il faut dire aussi que sans l’autre, le match n’existerait simplement pas ! C’est donc pour toutes ces raisons et bien d’autres, qu’il est nécessaire et toujours aussi inspirant de voir se perpétuer les valeurs du sport chez les plus jeunes ; laissons-les s’amuser! Le sport est une belle et grande école républicaine!

Photo Tom Grimbert  sur https://unsplash.com/photos/2mtkqblMPFQ

 

[1] https://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Emmanuel-macron-remercie-les-bleus-et-fait-la-fete-dans-le-vestiaire/923159

[2] http://www.liberation.fr/sports/2018/07/09/le-foot-un-reel-moyen-de-cohesion-sociale_1665342

[3] Devise de l’Union européenne.

[4] « Sport et identité » de Fabien Archambault et Loïc Artiaga dans « Sport et société Cahiers français » n° 320 disponible sur http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/libris/3303330403204/3303330403204_EX.pdf

[5] https://fr.fifa.com/worldcup/news/football-vecteur-unification-des-peuples-26064

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top
%d blogueurs aiment cette page :