« Big brother is watching you »

Qui n’a jamais fait la petite incartade de traverser au feu rouge ? Tout le monde l’a déjà fait, avouons-le ! La différence est le moyen de répression qui change selon le pays où nous sommes. En France par exemple, vous risquez seulement d’être rappelé à l’ordre et de poursuivre votre chemin allégé de quelques euros. Rien de bien méchant ! Tandis qu’en Chine, ce n’est pas la même chanson…

Une question de culture.
 Les habitants de l’Empire du milieu sont plus durement sanctionnés lorsqu’ils contreviennent aux règles établies. Il faut dire qu’en Chine, il est presque prescrit de se fondre à la masse, en ce sens les Chinois font des efforts constants pour correspondre à un profil frôlant la perfection et qui est très valorisé socialement. En d’autres mots, la pression sociale n’a pas la même importance en Chine qu’en France et ce serait une question purement culturelle.

T’as combien de points sur ton permis ?
En plus ce pays est scruté à la loupe par une vidéosurveillance munie de la reconnaissance faciale. Une situation encourageant l’exemplarité individuelle au service de l’entièreté de la collectivité. C’est alors des millions de yeux qui sont à l’affut du moindre faux pas et, si délit il y a, le risque est de perdre des points…de confiance ! (Sensiblement le même principe que nos permis de conduire). Les mauvais citoyens, ceux qui perdent trop de points, peuvent être interdit de certains services. Pour cette personne, il deviendra délicat de prétendre à un prêt ou d’inscrire son enfant à l’école ou utiliser certains moyens de transport.

7 minutes, top chrono !
 Il est inutile de penser à fuir, car ils peuvent retracer un individu en moins de sept minutes, top chrono ! (Même Jack Bauer ne ferait pas mieux !)Certains observateurs crient déjà à la violation des libertés individuelles, un concept si précieux chez nous.  Horizon 2020, la Chine prévoit l’installation de 600 millions de caméras. Une initiative justifiée par leur efficacité: elles sont réellement dissuasives et, avouons-le, elles traquent les criminels comme personne.

« God save the Queen ! »
Plus près de nous, de l’autre côté de la Manche, la ville de Londres serait « LA » capitale mondiale de la vidéosurveillance. L’Angleterre aurait une couronne de près de  6 millions de caméras de surveillance. Un choix totalement assumés par les Anglais, ils endossent cette nouvelle façon de vivre la ville : la ville sécuritaire. La vidéosurveillance ayant fait ses preuves dans des dossiers de terrorisme et de criminalité.

« La LAPI est très différente de la vidéoprotection car elle a pour objectif d’identifier les véhicules de manière automatique. Elle complète l’arsenal technique des forces de l’ordre pour garantir la sécurité. »

« Bonjour, ici la voix… »
Dans ce pays rien n’est laissé au hasard, même les plaques d’immatriculation sont analysées par la « LAPI». Un système traitant et stockant près de 40 millions d’images, et ce, tous les jours. Comme on dit : « La machine est bien rodée ! » Il y en a d’autres qui ont la capacité d’interpeller le ou les contrevenants. Cette voix ramène le fautif sur le droit chemin, de l’individu violent à celui qui ne respecte pas la journée de ramassage des ordures.

Souriez, vous êtes filmés !
 Il y a 10 ans, « Un passant (était) filmé au moins 300 fois par jour entre son domicile et son lieu de travail. » Bien que les caméras soient partout, l’état garanti qu’elles ne portent pas atteinte à la vie privée. Une chose est sure aujourd’hui,  que nous soyons en Chine ou dans le  pays de George Orwell, Big brother a de très beaux jours devant lui.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top
%d blogueurs aiment cette page :